Main Page

From INTERSEM
Revision as of 09:51, 16 April 2019 by Sysop (Talk | contribs)

Jump to: navigation, search


INTLNET Projet Intersem
per rete pro perso schola labo domoque


Introduction 
L'intersem est un concept.
L'échange de sens entre les humains se fait par des "actes de langage". L'étude de ce processus fait l'objet de la philosophie du langage, et d'une discipline ; la sémiotique.
Notre époque est marquée par notre accès à la complexité, c'est à dire au maillage interligent (par interliens), qui ajoute à l'action la capacité d'interaction, simple ou multiple, par le truchement des outils digitaux et de traitements numériques qui sont des artefacts de pensée faits de mécanismes fonctionnels algorithmiques.
Ceci ajoute à l'acte de langage, l'interacte de langage ; et de façon générale :
  • d'interacte à la notion d'acte.
  • d'intersémiotique à celle de sémiotique.
  • d'acte et d'interacte de pensée lorsque la pensée s'est imposée sans avoir à être énoncée.
L'internet est le nom utilisé pour le support des interliens syntaxiques. L'intersem (internet sémantique) est le concept du support des interliens sémantiques.

The objects of copying are memes, whereas the objects of translation and interpretation are signs.
__________


Le projet Intersem d'INTLNET vise à aider chacun à organiser, optimiser et maîtriser sa digitalité personnelle, éducative, professionnelle, et domestique selon sa propre éthique et ses choix esthétiques personnels.

Ce projet est architectonique. Cela signifie qu'il entend considérer l'ensemble complet des aspects de l'intercompréhension humaine digitalement facilitée, mais aussi plus aisément écoutée par sa présentation et son traitement numérique.
Sa compréhension de l'architectonique est qu'en étant la discipline de la synthèse elle est la science de la politique dont l'art est la conduite de la société des hommes libres (Aristote : architecte de la singularité syllogistique). Nous sommes donc en train de modifier cette société (mais pas l'Homme) par l'interconnexion digitale des hommes libres, à la fois par nécessité d'en gérer la complexité, par goût des possibilités qui nous en sont offertes et aussi en raison du pouvoir que nous trouvons à les conduire comme des machines.
Ce faisant nous parvenons à une nouvelle singularité (un col dans la marche de l'humanité) qui est la "singularité techno/logique" où nous en venons, après avoir demandé à la machine de nous faciliter nos travaux faits "à la main", de nous faciliter nos travaux faits "de tête" et pour cela d'assister notre discours (logos) par un peu de technique (techne) intégrée.
"Intersem" signifie que nous nous plaçon au niveau sémiotique de l'intelligence des échanges par signes (langues, formats, codes, graphiques, gestes, etc.) c'est à dire de la présentation du contenu : la couche six du modèle OSI, la structure même de l'architecture Tymnet, le niveau absent de l'internet, en partie remplacè par le Web.


Le Projet Intersem vise à donner à chacun le contrôle sur la digitalité énonciative de son discours et l'intellition des données qu'il collecte. Son travail est organisé sous la forme d'une coopérance d'initiatives autonomes catalysées par INTLNET. Ceci lui donne une grand liberté d'ouverture et de multidisciplinarité participative. Sa philosophie économique est celle du LIBRE : en réseau libre même du Libre ; libre même des langues.

Ses sites initiaux sont organisés sous forme de bliks les contributions sont discutées avec leurs primauteurs cooptés par INTLNET. Son principe de proposition est celui du multiconsensus (plusieurs consensus peuvent être proposés dès lors que leur interaction est agréée entre eux) basé sur des communautés globales, telles que celles discutées par les principes de l'OpenStand (RFC 6852). Deux communautés globales sont ainsi identifiées à l'heure actuelle : la communauté globale américaine de l'ICANN et la communauté suscitée par INTLNET de la LIBRE eXpérimentation : XLIBRE. Le projet "4C" vise à créer une structure porteuse pour l'émergence d'une communauté globale fondée sur l'exploitation "glocale" des possibilités de l'idonet (internet des objets) et de son intégration conviviale de la cobotique de proximité.


Ses centres d'intérêt sont ceux de :

  • la sémiotique, c'est-à-dire la capacité et les fonctions linguistiques de communication et de compréhension humaine.
  • la diktyologie numérique, c'est à dire la philosophie du maillage anthropobologique (brainware).
  • la diktyologie digitale, c'est-à-dire la discipline des réseaux des réseaux de commutation de données (meshware).
  • l'architectonique en elle-même pour dégager les lois et typologies fondamentales aux différents systèmes rencontrés.
  • la cyberagorique, c'est-à-dire la vie, le soutien et l'animation des agoras humaines et artificielles et les outils et solutions nécessaires à leurs études, documentations, simulations et opérations.
  • l'architecture d'une technologie propre de commutation de paquets de niveau six (présentation intelligente réentrante) transparente à l'implantation du catenet existante sous protocole IP. "
  • une approche nouvelle de l'informatique orientée ontographies et agents autonomes en réseau.
  • ERLAB (développement protégé)
  • ERLIX meet-up autoformation Montpellier.
  • l'évolution du droit complexe de la société "anthropobotique" (des hommes et des bots) où la sémiotique ajoute les bots des protocoles aux mots des lois.
  • JURIPLEX (préparation d'un colloque Montpellier).
  • la concrétisation au niveau de la personne civile de chacun, intégrant en continuité le soutien cohérent des complexités sociétales des âges de la vie : formation, production, contribution, protection.
  • la nature, la gestion, l'exploration de la datamasse ; le traitement, la mémorisation des données et leur relations aux idées ; la gestion cérébrique (homme macnine) de la mémorisation.
  • l'exploration et le développement de la cobotique : tant ses relations extérieures en réseau que son fonctionnement interne en support de l'être humain (en particulier au sein d'un sogitiel).